Monthly Archives: December, 2012

Global Employment Trends for Women 2012 | Executive summary

wcms_195449

Advertisements

Report on Global Employment Trends for Women

wcms_195447

OECD launches new Gender Equality website

The OECD Gender Data Portal includes 40 selected indicators shedding light on gender inequalities in education, employment and entrepreneurship — the focus areas of the OECD Gender Initiative. Data and metadata for all the indicators are easily and freely accessible and displayed through interactive visualizations. Over the next year, OECD plans to expand the country coverage and add new indicators, notably on time use and entrepreneurship.

Access the site at http://www.oecd.org/gender.

Earning gap narrows between men and women: ILO

Listen / Download

Ethiopian Airlines’ technicians at work.

Women make nearly as much money as men in most countries, says an International Labour Organization report.

But according to the report, that may just mean that men are worse off now than before the global economic crisis.

It goes on to say that there are major differences across the globe when it comes to how much men and women are paid.

For example, men worked in sectors that were hardest hit by the crisis and also worked fewer hours, which helped to narrow the pay gap. And in some Middle Eastern countries, few women are employed and those who are, earn more than men.

Derrick Mbatha, United Nations.

Duration: 46″

http://www.unmultimedia.org/radio/english/2012/12/earning-gap-narrows-between-men-and-womenilo/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ungen+%28UN+gender+equality+news+feed%29

 

Gender pay gap drops, but not for the right reasons

An ILO report says women’s pay has become closer to that of men in most countries but warns that in some cases this may just mean that men are worse off now than before the crisis.

News | 19 December 2012
GENEVA (ILO News) – The gap between women’s and men’s pay has declined over the crisis years in most countries, but not always for the right reasons, according to the ILO’s Global Wage Report 2012/13.

“In some cases, this is because men’s situation in the labour market has deteriorated while women’s situation has improved or stayed the same,” said Kristen Sobeck, one of the co-authors of the ILO’s Global Wage Report 2012/13.

In Estonia, for example, changes in the gender pay gap are usually cyclical, increasing in times of growth and decreasing during recessions.

Men’s situation in the labour market has deteriorated while women’s situation has improved or stayed the same.”

Men worked in sectors that were hardest hit by the crisis and also worked fewer hours, which helped to narrow the pay gap.

In some Middle Eastern countries few women are employed and those who do earn more than men.

In Syria, for example, only about 13 per cent of women were economically active in 2010 before the civil war, but 74 per cent of them worked in the public sector, where wages were about 1.5 times higher than in the private sector.

There are major differences across the globe when it comes to how much men and women are paid. Statistics sometimes vary depending on whether all full-time, or part-time employees are considered.

In Norway, the gap in hourly wages is lowest for part-time work. This means that men and women who work part-time have similar pay. But men earn considerably more than women in full-time employment. The gender pay gap is even higher when all employees are taken into account, because a larger proportion of women work part-time, where hourly pay is lower than for full-time work.

 http://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_192901/lang–en/index.htm?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ungen+%28UN+gender+equality+news+feed%29

Workshop on “Farmers’ Rights and the Egyptian revolution”organized by the Land Center on Dec 27 ورشه حقوق المزارعين وثورة المصريين

حقوق المزارعين وثورة المصريين

الأصدقاء الأعزاء

تحية طيبة وبعد…،،

يسعد مركز الأرض دعوة سيادتكم لحضور ورشته تحت عنوان:

حقوق المزارعين وثورة المصريين

والتي تُعقد يوم الخميس الموافق 27/ 12 /2012 بمقر المركز في العنوان : 76 شارع الجمهورية شقة 67 ـ الدور الثامن بجوار جامع الفتح ـ الأزبكية ـ القاهرة في تمام الساعة العاشرة صباحا وحتى الساعة الخامسة عصرا

وستكون الورشة عبارة عن مناقشات مفتوحة للعديد من المشاركين من ممثلي نقابات الفلاحين وبعض الجمعيات الأهلية والنشطاء والمهتمين باستكمال مهام الثورة ونهضة الريف المصرى

وتهدف الورشة إلى التعرف على المشكلات التى يعانى منها قطاع الزراعة وحجم العمل فى هذا القطاع والمشاكل والانتهاكات التى يتعرض لها العاملين فيه بالاضافة الى اوضاع الحق فى الرعاية الصحية خاصة فى الريف وذلك بعد انتشار امراض الفشل الكلوى والكبد الوبائى والسرطان وانعدام الخدمات فى معظم القرى ، هذا الى جانب المناقشات الدائرة حول الحق فى التنظيم خاصة بعد تزايد عدد النقابات المستقلة التى تهدف للدفاع عن مصالح صغار المزارعين وستحاول الورشة أن تقدم رؤية بديلة لدعم حقوق المزارعين واستكمال الثورة المصرية فى العيش والكرامة والعدالة الاجتماعية .

هذا وكلنا ثقة في أن مشاركتكم وما تقدموه من آراء قيمة سوف تثري النقاش حول هده القضية الهامة

ملحوظة :

مرفق الجدول المقترح لليوم والموضوع

المنعقدة يوم الخميس الموافق 27/ 12/ 2012

جدول مقترح

حقوق المزارعين وثورة المصريين

الجلسة الاولى

10 – 11.30

اوضاع قطاع الزراعة فى ظل الثورة

أ/ زكريا حداد (محاضر)

كلية الزراعة – جامعة بنها

أ.د شريف فياض  (محاضر)

مركز بحوث الصحراء

رئيس جلسة ومعقب

أ./فاطمة رمضان

اتحاد عمال مصر المستقل

الجلسة الثانية

11.30 – 1

العمل الزراعي في إطار حقوق الإنسان

أ./ محمد عبد السلام(محاضر)

نقابى واحد مؤسسى حزب الإشتراكي المصري

أ.د./ اسامة بهنساوى (محاضر)

كلية الزراعة – جامعة الازهر

رئيس جلسة ومعقب

محمد حجازى

ناشط حقوقى ومستشار نقابة المحامين  

1 – 1.30

استراحة وشاي

 

الجلسة الثالثة

1.30 – 3

الرعاية الصحية في مصر وأمراض الريف

أ.د./ مديحة خطاب (محاضر)

عميد كلية طب القصر العيني

أ.د/ علاء غنام (محاضر)

المبادرة المصرية للحقوق الشخصية

رئيس جلسة ومعقب

ا.د./كمال مغيث

مدير المركز القومى للبحوث والتربية

الجلسة الختامية

3 – 4.30

أوضاع حق التنظيم فى اطار المواثيق الدولية

(النقابات الفلاحية المستقلة والتعاونيات وآفاق المستقبل)

أ.د/ مدحت أيوب(محاضر)

مدير عام الاتحاد العام للتعاونيات

طلال شكر (محاضر)

نائب رئيس نقابة المعاشات والتأمينات

رئيس جلسة ومعقب

أ./ صابر بركات

نقابي وقيادى عمالى

4.30 – 5

غداء

مركز الارض لحقوق الانسان

العنوان : 76 شارع الجمهورية شقة 67 ـ الدور الثامن بجوار جامع الفتح ـ الأزبكية -القاهرة

      ت:27877014     ف:25915557 

     www.lchr-eg.org    موقعنا على الإنترنت

 بريد إلكترونىlchr@lchr-eg.org:

Maternity protection: Not just a personal issue

Many countries have ratified ILO conventions on maternity protection, but pregnant women still face workplace discrimination. Marking the International Day for the Elimination of Violence against Women (November 25), the ILO publishes guidelines on how to implement maternity protection policies.

Feature | 23 November 2012

GENEVA (ILO News) – Six months into her pregnancy, it was becoming increasingly difficult for Liani* to endure hours of standing at her production line job in a plastics factory in Indonesia.

Her back ached and her body felt weak with tiredness, but with no special provision for pregnant workers, she had to continue.

Night shifts were even worse: Since the company does not provide transport, the only way to get to work along the bumpy road between her home and the factory, was on the back of her husband’s motorbike.

Case studies
  • In Italy, at least 800,000 female workers said they were forced to resign for getting pregnant, mainly after being made to sign undated resignation letters when they were recruited. The letters were used when the companies wanted to fire them.
  • In Kenya, some women are forced to sign agreements promising that they will not become pregnant.
  • Female cleaners in Honduras are regularly asked to take pregnancy tests either to get a job or to stay in work.

“In October, I was six months pregnant,” she told ILO News. “One day I felt sick and I asked the company for leave time to go to the doctor. In the night the baby was born. It lived for two hours.”

“The doctor told me afterwards that it was because I was too tired. I was standing for too long at work and on the way to the factory on the back of the motorbike, the road was very broken and bumpy. It affected my pregnancy.”

Liani’s experience is not uncommon. She says another woman at the factory died in childbirth. The baby did not survive.

A problem in all types of countries

Around 70 countries have ratified at least one of three ILO conventions relating to maternity protection. But the reality is that many pregnant women and new mothers are still vulnerable in the workplace.

Discrimination against them is happening in rich, poor and middle income nations, and it has worsened with the global economic crisis, says Laura Addati, the ILO’s Maternity Specialist.

“With the economic crisis, there has been an increase of discrimination complaints. Pregnant women are particularly vulnerable. They tend to suffer from discrimination at work because of the idea that maternity is a liability,” Addati explained. “But the fact is that maternity protection produces enormous benefits.”

Discrimination claims
  • The Saskatchewan Human Rights Commission in Canada says that one in ten workplace complaints of discrimination is related to pregnancy.
  • Pregnancy-related discrimination claims in the United States have jumped by 35 per cent in the last decade.
  • Since 2001, US courts have paid out $150 million in damages in pregnancy discrimination cases.

ILO research has uncovered cases of women being harassed and sacked after becoming pregnant, women being made to sign pledges that they will not become pregnant, being forced to undergo pregnancy tests by their employers and being denied paid maternity leave.

In some parts of the world, pregnant workers are exposed to dangerous chemicals which could harm the foetus or, like Liani, have to stand all day and work night shifts because no special provisions are made for them.

Impact on development

To tie in with the International Day for the Elimination of Violence Against Women, the ILO, in collaboration with a number of other UN agencies, has published guidelines to help organizations, government ministries, workers and employers organizations strengthen and extend maternity protection to women at work.

The aim of such protection is to preserve the health of the mother and her new baby and to provide economic security for the women and their families. This can be achieved through maternity leave, cash and medical benefits, health protection in the workplace, employment protection and non-discrimination, and breastfeeding at work.

But it is not just about helping individuals, said Addati. Maternity protection has a significant impact on development, and research shows that it is of benefit to employers as well as employees because it helps companies and organizations retain valuable staff.

Disadvantaged women
  • A UK study found that 22,000 women said they had been disadvantaged at work because they were pregnant or took maternity leave.
  • Two-thirds of young Arab women remain out of the workforce because of weak gender discrimination laws and lack of childcare solutions.

“Maternity protection is important in the fight against poverty, social inclusion, gender equality and maternal and child health. There is a link between the level of spending on family friendly policies, the level of employment of women and the level of child poverty,” Addati said.

“That’s why maternity protection is not just a personal issue. It helps achieve a number of global development goals, so we are talking about collective responsibility. Governments, employers and workers need to work together in a social dialogue so we can find solutions that meet the needs of all parties.”

http://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_193975/lang–en/index.htm?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ungen+%28UN+gender+equality+news+feed%29

 

Chômage : dans le monde, les femmes en première ligne/ Article on ILO report “Global employment trends for women 2012”

The full ILO report is available in our resources section

Article:

Rapport L’OIT estime qu’il n’y a aucune perspective d’amélioration ces prochaines années.
Les femmes sont plus touchées par le chômage que les hommes, selon le rapport 2012 sur les tendances mondiales de l’emploi des femmes de l’Organisation internationale du travail (OIT) publié mardi à Genève et rédigé conjointement avec l’organisation ONU Femmes.

 Entre 2002 et 2007, le taux de chômage des femmes dans le monde était de 5,8%, contre 5,3% pour les hommes.

La crise survenue depuis a creusé cet écart de “0,5 à 0,7 point de pourcentage et détruit 13 millions d’emplois occupés par les femmes”, indique le rapport. En outre, ajoute le rapport, il n’y a aucune perspective d’amélioration ces prochaines années.

Depuis la crise de 2009, 29 millions d’emplois tous sexes confondus ont été supprimés dans le monde, et 2,5 millions d’emplois supplémentaires pourraient être perdus en 2013, selon l’OIT.

“Alors que les femmes contribuent à l’économie et à sa productivité à l’échelle mondiale, elles restent confrontées à de nombreux obstacles qui les empêchent de réaliser pleinement leur potentiel économique”, a déclaré l’ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet, directrice de ONU Femmes.

Dans les pays en développement, les femmes ont été particulièrement touchées par le chômage dans le secteur du commerce, indique le rapport.

Dans les économies avancées, le rapport relève aussi que l’emploi des femmes dans l’industrie a été réduit de moitié. 85% des femmes ayant quitté l’industrie se sont repliées dans les services, surtout dans l’enseignement et la santé.

En 2012, un tiers des femmes travaillaient dans l’agriculture, près de la moitié dans les services et 16% environ dans l’industrie.

Concernant la ségrégation à l’emploi, le rapport constate que partout dans le monde, les hommes sont sur-représentés dans des métiers tels que l’artisanat, le commerce, le secteur des machines, et les fonctions de direction.

Par comparaison, les femmes sont sur-représentées dans les emplois de moyenne qualification, comme le secrétariat et les emplois de commerce.

50% des femmes qui travaillent occupent des emplois dits “vulnérables”, comme des emplois familiaux, ou des emplois indépendants, sans garantie de salaire. Ce pourcentage n’est que de 48% pour les hommes.

“Il n’y a pas de solution-miracle pour promouvoir l’emploi des femmes. Nous avons fait un premier pas, il ne faut pas s’arrêter en chemin”, a déclaré mardi l’ambassadeur suisse Jean-Jacques Elmiger. La Suisse a en effet participé au financement du rapport.

Pour l’OIT, il faut améliorer les infrastructures afin de réduire le fardeau des tâches domestiques et développer les services de garde d’enfants.

L’OIT réclame aussi des “congés maternités bien indemnisés” et l’instauration “d’un droit à retrouver son poste”.

Enfin, l’OIT demande que les pays lancent des campagnes de sensibilisation pour combattre les stéréotypes liés au sexe et garantir l’application des lois visant à lutter contre la ségrégation

http://www.lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/791778/Chomage_%3A_dans_le_monde%2C_les_femmes_en_premiere_ligne.html?utm_source=sendtofriend&utm_medium=email&utm_campaign=none

Le rapport de l’ OIT (en anglais) se trouve dans notre section resource

The full ILO report is available in our resources section

من الخوف إلى الحرية القضاء على العنف ضد المرأة (From Fear to Freedom: Ending Violence Against Women)

:

http://learningpartnership.org/violence-against-women-arabic-mena / انقر هنا لمشاهدة الفيلم

 

امرأة واحدة على الأقل من أصل ثلاث نساء في العالم تقع ضحية العنف، و يعد ذلك أحد أسوأ أشكال الانتهاك لحقوق الإنسان على وجه الأرض -– وهو حاضر في كل بلد وثقافة وديانة وطبقة اجتماعية.

 تسعى النساء في كافة أنحاء العالم لتوحيد القوى، إيصال الصوت و الدعوة  إلى تحديث القوانين وتطوير استراتيجيات ناجحة للقضاء على العنف القائم على النوع الاجتماعي. إن التحديات كثيرة، لكن الرسالة واضحة: القضاء على ثقافة العنف وإيجاد سبل جديدة لإرساء ثقافة السلام وحقوق الإنسان.

في الفيلم المعد من قبل WLP  تحت عنوان  “من الخوف إلى الحرية”، يناقش الخبراء و الخبيرات، الناشطين والناشطات من جميع أنحاء العالم الأسباب الجذرية للعنف القائم على النوع الاجتماعي، ويتبادلون/ن  الاستراتيجيات الناجحة للقضاء عليه، كما يقدمون/ن شهادات حية و أبرز المحطات لأهم الإنجازات المحققة من قبل الحركة النسائية العالمية.               

(English below.)

المدة: 35 دقيقة


Worldwide, at least one in three women are victims of violence. It is the most pervasive human rights violation on earth — present in every country, every culture, every religion, every class. But around the globe, women are joining forces and speaking out, advocating for new laws, and developing successful strategies to eradicate gender-based violence. The challenges are many. But the mission is clear: bring an end to the culture of violence and forge a new path to a culture of peace and human rights for all.

In WLP’s new film, leading experts and activists from across the globe discuss the root causes of gender-based violence, share strategies to combat it, and provide inspiring accounts of the important milestones already achieved through the international women’s movement. 

 

Film runs 35 minutes 

 

Film participants in order of appearance: 


MAHNAZ AFKHAMI

Founder & President

Women’s Learning Partnership

THORAYA OBAID

Former Undersecretary General of the UN

and Executive Director, UN Population Fund

GULNARA KARAKULOVA

Director

Shymkent Women’s Resource Center

YAKIN ERTÜRK

Former UN Special Rapporteur

on Violence Against Women

FRANCES KISSLING

Former President

Catholics for Choice

KARIMA BENNOUNE

Professor of Law

Rutgers University

SINDI MÉDAR-GOULD

Global Senior Training Advisor

Women’s Learning Partnership

JACQUELINE PITANGUY

Founder & Executive Director

CEPIA

WAJEEHA AL-BAHARNA

Founder – Bahrain Women Association

BETTY YEOH

Program Manager

All Women’s Action Society

ZAINAH ANWAR

Project Director

Musawah

ASMA KHADER

General Coordinator

Sisterhood Is Global Institute/Jordan

LINA ABOU-HABIB

Executive Director

Collective for Research & Training on

Development–Action

LASHAWN JEFFERSON

Program Officer

Ford Foundation

MARY ROBINSON

Former President of Ireland &

UN High Commissioner for Human Rights

RABEEA HADI

National Coordinator, Gender and Violence Against Women

Aurat Foundation

CHIBOGU OBINWA

Senior Program Officer

BAOBAB for Women’s Human Rights

HAFSAT ABIOLA-COSTELLO

Founder

Kudirat Initiative for Nigerian Democracy

Nouzha Skalli (MP-Groupe du progrès démocratique, Morocco) speech during parliamentary discussion on 2013 budget. A good example on the use of new economic indicators & gender mainstreaming!!!

Go Nouzha Skalli! Former ADFM president for Casablanca and one of the movers and shakers of the reform of the Family Code in Morocco!
Intervention de la députée Nouzha Skalli
au nom du Groupe du progrès démocratiqueIntervenant dans le cadre de la discussion générale sur le PLF 2013 par ses pairs de la Chambre des représentants, Nouzka Skalli, députée PPS, a présenté, à

l’instar de ses collègues du Groupe du progrès démocratique, ses remarques sur ce projet, en axant son intervention, dont nous publions l’intégralité ci-après, sur quatre axes essentiels : la justice, l’égalité des sexes, la société civile et la culture. «Monsieur le Président, Messieurs les ministres
Honorables députés et députées
Je suis très heureuse de m’exprimer au nom du GPD dans cette séance que nous consacrons à la discussion générale de la deuxième partie du PLF 2013.
Je vais intervenir sur les secteurs relatifs à la justice, les droits et libertés ; la question de l’égalité des sexes ; les relations avec la société civile et, enfin, la culture.
Je laisserai la parole à mes collègues du groupe pour aborder d’autres axes.
Pour commencer je traiterai de certains axes du budget du ministère de la Justice et des libertés.
Au sein du groupe GPD nous enregistrons avec satisfaction de l’augmentation, même si elle reste insuffisante au regard des besoins, du budget 2013 par rapport à 2012, une augmentation qui atteint les 9,27%.
Nous pensons qu’en plus des moyens, le plus important c’est la volonté et la conscience collective de l’importance de la justice dans la construction générale de l’Etat de droit mais aussi pour le développement, l’investissement, le respect des droits individuels et collectifs et pour la démocratie.
C’est un chantier identifié comme prioritaire et où les attentes des citoyennes et citoyens sont immenses, de même que les attentes des opérateurs économiques et des acteurs politiques et, enfin Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu le garde, qui n’a cessé d’appeler à mettre en œuvre de toute urgence la réforme de la justice et qui a récemment mis en place «la Haute autorité pour le dialogue national sur la réforme de la justice».
Cette volonté collective est aujourd’hui traduite dans la Constitution du Royaume. Et nous sommes convaincus que cette volonté est plus forte que jamais au sein du gouvernement.
Bien sûr, il y a lieu d’affronter les poches de résistances sachant que la conduite du changement dans tous les domaines et dans tous les pays du monde conduit à des résistances qu’il y a lieu de gérer avec fermeté, mais aussi avec pondération et sagesse, et dans le cadre d’un dialogue constant.
Nous sommes par ailleurs fiers de la mutation en matière de droits de l’Homme que connait notre pays et nous saluons en particulier les efforts déployés par le CNDH dans l’accompagnement de l’aspiration de notre pays à être dans les rangs des pays avancés en matière de droits dans lesquels sont protégés les droits individuels et collectifs. Nous saluons également l’adoption d’un projet de loi pour l’adhésion du Maroc aux trois protocoles facultatifs de la CEDAW, de la convention contre la torture et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
Mais nous sommes conscients que le déficit est grand et nous aimerions notamment attirer l’attention sur l’urgence d’étudier et de mettre en œuvre les recommandations des différents rapports sur la situation déplorable dans les prisons. Il s’agit surtout de combattre la surpopulation à travers le développement des peines alternatives et prendre des mesures fermes pour améliorer le traitement des prisonniers en harmonie avec nos engagements en matière de droits de l’Homme.
D’une façon générale, beaucoup d’efforts restent à déployer pour renforcer les acquis et les élargir et éviter les retours en arrière auxquels, hélas, nous restons exposés.
Nous appelons le gouvernement à être vigilant pour éviter toute forme de retour en arrière dans le domaine des droits dans notre pays.
Monsieur le président, le deuxième axe que je voudrai aborder, c’est celui relatif à l’égalité.
Rappelons que nous discutons le projet de budget 2013 dans le contexte de la Constitution de 2011 adoptée par le peuple marocain et qui a proclamé dans son préambule l’égalité et qui a interdit la discrimination basée sur le sexe.
je m’arrête sur l’article 19 de la constitution qui consacre l’égalité entre les femmes et les hommes en matière de libertés et de droits civils, politiques, économiques sociaux, culturels et environnementaux, et l’aspiration à la parité.
Le budget que nous discutons aujourd’hui nous interpelle à plus d’un titre.
Si nous rappelons que le gouvernement est composé exclusivement d’hommes et d’une seule femme et si on considère que le budget du ministère de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social constitue 0,25% du budget général de l’Etat, on peut considérer que 99,75% du budget est géré par les hommes, et que seulement 0,25% est géré par une femme, alors qu’au niveau des ressources financières de l’Etat personne n’a jamais entendu parler d’abattements fiscaux réservés aux femmes.
Mais le budget ne se limite pas à des chiffres et des équilibres. C’est aussi un ensemble de mesures qui doivent traduire les principes constitutionnels d’égalité et de parité et de non discrimination qui s’imposent à tous, et particulièrement aux pouvoirs publics en charge de programmer, d’exécuter et d’évaluer les politiques publiques.
Au sein du Groupe du progrès démocratique, nous enregistrons positivement la publication de la 8e édition du rapport budget genre qui accompagne le PLF, et qui constitue à notre avis un instrument important pour évaluer les réalisations en matière de promotion de l’égalité, mais également les insuffisances et les défis.
Par contre, quelle est l’importance qui est donnée à ce rapport au niveau politique? A-t-il fait l’objet d’une présentation de la part du gouvernement? Nous aurions aimé qu’il soit au moins cité par une des deux interventions de notre honorable ministre ou de notre honorable ministre délégué lors de la présentation du PLF. Combien parmi nous ont lu ce rapport sur le budget genre? Et combien parmi nous se sont appuyés sur ce rapport durant la discussion du budget de l’Etat et des budgets sectoriels?
L’expérience du Maroc en matière de Budgétisation sensible au genre (BSG) est considérée comme un modèle au plan international et nous a valu l’honneur d’accueillir une conférence scientifique de haut niveau avec l’appui de l’ONU-Femmes à Marrakech au début du mois de novembre 2012 et qui a été l’occasion d’annoncer que le Maroc abritera «un centre d’excellence de la BSG».
Dans ce contexte, nous pensons que le gouvernement aurait dû faire un effort pour mettre la note de présentation du PLF en harmonie avec l’esprit de la Constitution et sa philosophie fondée sur les droits humains des hommes et des femmes, et ceci en mettant en avant les données sexo-spécifiques et les mesures destinées à promouvoir l’égalité des sexes et lutter contre les disparités de genre.
Le pire est dans le fait de parler de «la politique de la femme». Et à la fin du document. Les mots dans ce sens ont une grande importance et ne sont pas neutres. Il y avait lieu en fait de parler de politique de l’égalité et de lutte contre les discriminations et de considérer cette approche comme transversale dans l’ensemble des secteurs. Car les femmes dans notre pays ne sont pas le problème ou l’obstacle, elles sont la solution pour réaliser le développement pour peu que les politiques publiques leur rendent justice et leur permettent d’atteindre l’égalité dans l’accès à l’éducation, à l’emploi, aux soins, particulièrement en matière de santé reproductive, aux équipements sociaux de base, aux ressources, à la protection des femmes et des filles contre toutes les formes de violence et de harcèlement sexuel.
Ce qui nous fait mal, c’est que l’énorme travail effectué par les femmes rurales qui travaillent de l’aube à la tombée du jour n’est pas comptabilisé, car n’est pas rémunéré, et les femmes rurales sont simplement considérées comme aides familiales, et ça c’est une grande catastrophe dans le Maroc d’après la constitution de 2011.
Notre pays peut et doit protéger les filles et les femmes les plus vulnérables. Il peut et doit éradiquer le travail domestique des fillettes et le mariage précoce.
Tout cela va de pair avec le renforcement de leur accès aux postes de responsabilité et de décision dans l’administration et à tous les niveaux national, régional, provincial et communal, et avec la promotion de la culture de l’égalité.
Tout cela fait partie intégrale des droits humains des femmes et nécessite la mise en œuvre urgente de l’agenda gouvernemental de l’égalité auquel s’était engagé Mr le chef de gouvernement et pour lequel l’Union européenne a accordé 45 millions d’euros.
Nous appelons également le gouvernement à accélérer la révision du code pénal à travers un projet de loi contre la violence à l’égard des femmes, avec une approche participative ouverte sur les organisations sérieuses connues pour leur expertise et leur engagement en matière de droits humains et qui croient en la démocratie et l’égalité.
Cette réforme permettra de réviser les concepts pour les moderniser et les adapter à ceux contenus dans les chartes internationales et dans la Constitution de notre pays que nous considérons comme une véritable charte des droits et des libertés.
Nous voulons un code pénal qui protège réellement l’intégrité physique et morale et la dignité de nos filles et nos femmes, et qui ne se contente pas de protéger les mœurs publiques et l’ordre des familles, car cela, nous le savons, conduit à des drames qui ne font pas honneur à notre pays et aux formidables évolutions qu’il a connues en matière de droits humains et de libertés.
Nous proposons d’ouvrir un débat entre le gouvernement et l’ensemble du parlement sur la BSG. et nous appelons le gouvernement à intégrer un axe dans le colloque sur la politique fiscale prévu en février prochain, sur «la politique fiscale et les questions de genre» en espérant que ce colloque s’appuiera sur une approche participative avec la société civile et les universitaires.
Enfin, concernant les relations avec la société civile, outre le fait que la constitution en fait des partenaires essentiels dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques, il y a lieu d’insister sur le fait que cette démarche est incontournable, particulièrement en matière de politiques sociales et de lutte contre la précarité dans toutes ses dimensions : femmes battues, enfants des rues, enfants abandonnés, etc.
Les associations initiatrices de ces actions ont en effet accumulé durant plusieurs décennies une expertise et un savoir-faire remarquable dont ne disposent pas les pouvoirs publics. Ils constituent un potentiel de mobilisation sociale très important et ont un engagement pour des causes qui méritent tout le soutien, en plus du respect notamment de leur caractère non gouvernemental et donc de leur indépendance.
A noter l’action des associations d’appui aux enfants à besoins spécifiques qui sont bien souvent constitués de parents et amis des enfants en situations d’handicap et qui s’organisent pour pouvoir palier au déficit de l’Etat en matière d’intégration des besoins de ces enfants aux politiques publiques.
Concernant le secteur de la culture, nous exprimons nos regrets pour le recul du budget consacré au ministère de la Culture pour l’année 2013 à environ 571 millions de dirhams, budget nettement insuffisant pour la réalisation du plan d’action sectoriel de la culture.
Nous espérons que cette situation sera réparée lors du budget de 2014. Malgré cela, les efforts déployés traduisent une grande audace pour dépasser l’approche purement financière. Les mesures programmées dans ce secteur contribueront sans doute à surmonter le manque de moyen et à faire ressortir le rôle de la culture dans le développement économique et social de notre société.
Il est important pour nous d’appeler à cesser de considérer la culture comme un luxe, un secteur de trop ! Une nation qui ne s’intéresse pas à sa culture et à son patrimoine est une nation qui ne respecte pas son histoire et ses enfants.
Nous, qui allons voter ce budget et les budgets des années suivantes, nous devons veiller à ce que ce secteur bénéficie pleinement de son droit si nous voulons effectivement construire l’avenir de nos enfants, filles et garçons, et leur permettre de s’intégrer harmonieusement dans la culture du monde tout en protégeant pleinement leur identité plurielle et leur culture propre.
Je vous remercie de votre attention et cède la parole à mes collègues pour les axes suivants.»