Monthly Archives: June, 2013

Of Housework And Husbands… Women still do nearly twice the amount of housework as men.

Of Housework And Husbands

by Lisa Wade, PhD, Jul 11, 2009, at 11:20 am

Married women in the U.S. do about 70 to 80 percent of the housework. When women marry, the number of hours they spend on housework increases; for men, it stays the same. When couples have children, her housework increases three times as much as his. Feminist women do less housework than non-feminist women; men married to feminist women do the same amount of housework as men married to non-feminist women.

All this and more, including some data on Portugal, China, Russia, South Africa, Italy, Britain, and the Netherlands, can be found at this fact sheet at the blog Social Studies.

The discrepancy between the number of hours wives and husbands contribute to housework decreased between 1965 and 1995:

278457pastedimage3

According to the fact sheet:

…in the 1990s, U.S. women spent about half the time on housework as they had 30 years earlier (17.5 hours down from 30 each week), while men, on the other hand, were spending just over twice the time they had spent (10 hours up from 4.9).

Women, however, still do nearly twice the amount of housework as men.

You may notice that the increase in hours that husbands now spend on housework does not match the decrease in hours that wives now spend on housework.  This means that we have dirtier houses (no, really, we do).  We also now hire housecleaners, and that makes up some of the difference.  It may also be true that our gadgets (e.g., washers and dryers) save us time.

Lisa Wade is a professor of sociology at Occidental College.

From: http://thesocietypages.org/socimages/2009/07/11/of-housework-and-husbands/

 

 

Advertisements

To mark World Day Against Child Labour, the ILO publishes a report outlining the abuses suffered by millions of children working in family homes.

World Day Against Child Labour 2013

Ten million child labourers in domestic work

To mark World Day Against Child Labour, the ILO publishes a report outlining the abuses suffered by millions of children working in family homes.

News | 12 June 2013

 

 
© S.Sekhri / The Times Of India

GENEVA (ILO News) – An estimated 10.5 million children worldwide – most of them under age – are working as domestic workers in people’s homes, in hazardous and sometimes slavery-like conditions, says the ILO.

Six and a half million of these child labourers are aged between five and 14 years-old. More than 71 per cent are girls.

According to the latest figures in a new ILO report, Ending Child labour in domestic work, they work in the homes of a third party or employer, carrying out tasks such as cleaning, ironing, cooking, gardening, collecting water, looking after other children and caring for the elderly.

Vulnerable to physical, psychological and sexual violence and abusive working conditions, they are often isolated from their families, hidden from the public eye and become highly dependent on their employers. Many might end up being commercially sexually exploited.

“The situation of many child domestic workers not only constitutes a serious violation of child rights, but remains an obstacle to the achievement of many national and international development objectives,” said Constance Thomas, Director of the ILO’s International Programme on the Elimination of Child Labour (IPEC).

Twitter Q&A Session

Tweet your questions on child labour in domestic work to José María Ramírez, ILO Officer for the International Programme on the Elimination of Child Labour, on Thursday June 13 from 14:30-15:30 CET @ILONews, using the hashtag #ILO2013.

The report, launched to mark World Day Against Child Labour, calls for concerted and joint action at national and international levels to eliminate child labour in domestic work.

“We need a robust legal framework to clearly identify, prevent and eliminate child labour in domestic work, and to provide decent working conditions to adolescents when they can legally work,” Thomas stressed.

It is estimated that an additional 5 million children, who are above the minimum legal age of work in their countries, are involved in paid or unpaid domestic work globally.

Hidden from view

Child domestic work is not recognized as a form of child labour in many countries because of the blurred relationship with the employing family, the report says. The child is “working, but is not considered as a worker and although the child lives in a family setting, she or he is not treated like a family member.”

This familial and legal “care vacuum” disguises an “exploitative arrangement”, often characterized by long working hours, lack of personal freedom and sometimes hazardous working conditions. The hidden nature of their situation makes them difficult to protect.

The report calls for improved data collection and statistical tools so that the true extent of the problem can be ascertained. It also presses for governments to ratify and implement ILO Convention 138, concerning the minimum age for admission to employment and ILO Convention 182, on the worst forms of child labour.

However, it stresses that domestic work is an important source of employment, especially for millions of women. This has been recognized in the landmark ILO Convention 189 concerning decent work for domestic workers which, the report says, should also be promoted as part of the strategy to eliminate child labour in domestic work.

“Domestic workers of all ages are increasingly performing a vital task in many economies. We need to ensure a new respect for their rights and to empower domestic workers and their representative organisations. An essential aspect of this new approach involves tackling child labour.” said Thomas.

From: http://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_215170/lang–en/index.htm

 

 

“Les tenants de l’islam politique sont obsédés par le corps des femmes” L’AKP, Recep Tayyip Erdogan et les événements de la place Taksim vus par Mahan Doğrusöz, militante féministe à Istanbul

Mahan Doğrusöz a 43 ans. Psychologue de formation, elle est une féministe stambouliote convaincue. Pour elle, les événements de la place Taksim sont une véritable révolution. Comme les manifestants, elle dénonce les manœuvres d’Erdogan pour rompre avec la République laïque. Et rogner insidieusement sur les acquis des femmes. Interview.

Le figaro.fr/madame. – Peut-on parler de régression pour les droits des femmes ces dernières années en Turquie ?
Mahan Doğrusöz. –
Ce que nos dirigeants nomment « islam modéré », c’est pour moi l’islam politique. Il contrôle non seulement la sphère publique, mais aussi la vie privée de gens. Chaque loi votée par le gouvernement sert les objectifs de la montée de cet islam politique. Dans ce sens, la laïcité a été sérieusement égratignée. Depuis 1923, la Turquie est une République laïque qui garantit la protection à tous ses citoyens, sans distinction de sexe ni de religion. Des femmes comme moi ou celles de ma famille ont profité de cette liberté pour être éduquées dans un contexte laïc, pour voyager seules, pour travailler… Je constate que les femmes d’aujourd’hui ont peur de vivre dans un pays de plus en plus islamisé. Sachant que toutes les religions monothéistes sont patriarcales, ce n’est pas une surprise de constater que l’islamisation menace sérieusement le statut de la femme.

Le taux d’emploi des Turques est le plus bas des pays de l’OCDE

Quelles formes cette islamisation prend-elle dans le quotidien des femmes turques ?
Depuis la réforme de l’éducation, il n’y a plus huit années consécutives d’école obligatoire, mais douze divisées en trois tranches de quatre ans. Sachant que les parents sont autorisés à retirer les enfants de l’école au bout des quatre premières années – sous condition de déclarer assurer une éducation à la maison -, pas besoin d’être très intelligent pour deviner que davantage de filles que de garçons sont retirées plus tôt des classes, surtout dans les campagnes. Dans le même temps, de plus en plus d’écoles religieuses ouvrent, tandis que la qualité et le nombre des structures laïques diminuent. D’ailleurs, ces dix dernières années, le taux d’emploi des femmes turques a dégringolé, jusqu’à devenir le plus bas des pays de l’OCDE.
Sous couvert de discrimination positive, le gouvernement crée aussi de la ségrégation. Par exemple, un hôpital pour femmes a été ouvert récemment à Istanbul par les figures de proue de l’AKP. Il n’emploie que des femmes parmi ses médecins et ses infirmières et ne soigne que les femmes.

Quelle est la position du gouvernement sur l’avortement ?
Les prises de position du parti d’Erdogan sur l’avortement sont claires. Le maire d’Ankara déclarait récemment qu’il serait plus sage pour une femme violée de se suicider que d’avoir recours à l’IVG. Et le Premier ministre répète à l’envi que chaque femme turque devrait porter au moins trois enfants. Mais ses tentatives pour interdire l’avortement ont rencontré la colère de milliers de femmes, qui sont descendues dans les rues en juin 2012 et l’ont forcé à faire marche arrière.

“Un sentiment de honte”

Le voile prend-il de plus en plus de place dans l’espace public ?
L’AKP fait la promotion du voile dès l’école primaire, et au sein des institutions gouvernementales. Le gouvernement est  déterminé à multiplier dans l’espace public le nombre d’avocates, de juges ou de physiciennes voilées, en signe de victoire de l’islam politique. J’ai peur qu’un nombre grandissant de femmes comme moi, qui aiment s’habiller, ne le fassent désormais avec un sentiment de honte. J’ai demandé l’été dernier à une femme voilée des pieds à la tête si elle n’avait pas trop chaud. Elle m’a répliqué que je brûlerais en enfer, pendant qu’elle, rirait bien de moi… J’ai peur que cette mentalité progresse. Car s’il existe un grand nombre d’intellectuelles, d’artistes ou de femmes d’entreprise turques influentes qui combattent la vision de la femme selon l’AKP, elles sont peu mises en avant, car les médias de masse sont aux mains des gouvernants.

Ils souhaitent rendre la féminité invisible

Il y a quelques semaines, Turkish Airlines interdisait le rouge à lèvres vif pour ses hôtesses, avant de se rétracter. Qu’est-ce que cela signifie selon vous ?
Les tenants de cet islam politique sont obsédés par le corps des femmes. Ils souhaitent rendre la féminité invisible. Ils veulent créer des modèles féminins dépourvus de sexualité. Le corps des femmes, leur capacité à faire des enfants, tout cela doit être sous leur contrôle. L’interdiction du rouge à lèvres, c’est un début. Le rouge à lèvres vif et ses connotations érotiques, c’est une menace, pour leurs mentalités misogynes. Alors, oui, ils ont finalement plié… Mais là encore, c’est une stratégie. Ils ont essayé et se sont rendu compte que la société turque n’était pas encore prête pour ça. Mais je suis persuadée qu’ils recommenceront.

“Une tension entre les sexes”

La violence contre les femmes a explosé ces dernières années en Turquie. Comment l’expliquer ?
Selon les statistiques de la plateforme We will stop the murders of women, les meurtres de femmes ont augmenté de 1 400 % depuis 2003. Près de 42 % des Turques, selon des chiffres de 2009, ont déjà été agressées, sexuellement ou physiquement. Elles se sentent aujourd’hui plus légitimes à se lever pour leurs droits, pour gagner de l’argent, le dépenser comme bon leur semble sans le contrôle de leur mari, demander le divorce si elles ne sont plus heureuses… Mais dans le même temps, les rôles traditionnels, dans les manuels scolaires, par exemple, ont été renforcés depuis que l’AKP est au pouvoir. Un grand nombre d’hommes vivent donc sous la menace de perdre leur autorité sur leurs femmes. Cette situation créé une tension entre les sexes. Les statistiques de la plateforme montrent que sur la première moitié de 2012, 34 % des femmes qui ont été tuées l’ont été par des maris ou des ex-maris parce qu’elles avaient demandé le divorce ; 92 % des femmes qui ont été confrontées à cette violence domestique n’ont pas appelé les institutions à l’aide.

Les meurtres de femmes ont augmenté de 1 400 % depuis 2003

Certaines ont été assassinées alors même qu’elles avaient quitté le domicile conjugal et que leur mari avait été jugé. Cela donne l’impression aux femmes qu’elles ne peuvent pas échapper à la violence d’un homme déshonoré.

Que faut-il pour que les choses changent ? Que l’AKP quitte le pouvoir ?
Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour stopper l’islam politique. Nous devons lutter dans les universités, dans la société civile, au Parlement… Le soulèvement actuel dans le pays, qui draine hommes et femmes, jeunes et vieux, pauvres et riches, engagés ou non politiquement, montre que le peuple a la capacité et le courage de rejeter le totalitarisme rampant d’Erdogan. Les Turcs sont prêts à se battre pour la laïcité, la liberté et la démocratie, qui ont contribué à la République. Nous savons aujourd’hui que nous pouvons être plus visionnaires et plus forts que nos chefs !

From: http://madame.lefigaro.fr/societe/tenants-de-lislam-politique-sont-obsedes-par-corps-femmes-050613-385468

 

Maroc: Egalité économique entre hommes et femmes ?

Egalité économique entre hommes et femmes ?

Sur plus d’une décennie, le Maroc a connu au sujet de l’égalité économique entre hommes et femmes, deux trajectoires opposées. Sur la forme, il a accumulé les lois et les engagements. Ainsi, en janvier 2001, la circulaire du premier ministre incite à promouvoir l’accès des femmes aux fonctions de haut niveau de la fonction publique. En 2004, le code du travail consacre plusieurs articles à la lutte contre les discriminations sexistes dans l’accès à l’emploi et au sein de l’entreprise. En 2011, la Constitution consacre les principes universels d’égalité, et spécifie l’égalité des citoyens et citoyennes sur le marché du travail. Parallèlement, l’Etat marocain a multiplié les engagements faisant foi de sa détermination contre toutes formes de discrimination, notamment par la ratification de la CEDAW et la levée des réserves en 2011, et en vue de promouvoir l’autonomisation des femmes dans le cadre des OMD.

 

Paradoxalement, cela n’a eu aucune incidence sur le fond. Ainsi, le degré d’intégration économique des femmes, et partant de là, leur propension à l’autonomie, l’émancipation et la négociation de leurs droits, est en chute libre, pour ne pas dire qu’elle s’est nettement détériorée. Un chiffre en atteste. Il a trait au taux de participation des femmes au marché du travail, qui a dégringolé de 30% en 1999 à 25% en 2012, et ce en dépit de deux facteurs qui auraient pu laisser croire à une tendance inverse : l’amélioration de la scolarisation des filles et la baisse notoire de la fécondité.

 

Cela prouve, de toute évidence, que le temps juridique et le temps sociologique sont loin d’être synchronisés, mais montre surtout l’inefficience des politiques sociales et économiques menées sur le terrain. Cela est d’autant plus patent que ces performances situent le Maroc, selon l’indice d’écart de genre du Forum Economique mondial (FEM) de 2012, au 128ème rang sur 135 pays sur le plan de la participation économique des femmes et le relègue à la 12ème  place sur les 15 pays de la région MENA couverts, devançant à peine l’Arabie Saoudite, la Syrie et le Yémen. A titre comparatif, notons que la moyenne mondiale de l’activité féminine est de 51%, et que dans l’Afrique subsaharienne les taux de participation des femmes dépassent les 60%.

 

 

Ce décalage au Maroc entre le cadre législatif et la réalité concrète de tous les jours nous oblige à regarder de plus près les barrières d’accès des femmes au travail, à l’équité salariale, à l’entrepreneuriat et aux postes de responsabilité, tout comme elle nous incite à interroger les raisons multiples et différenciées qui maintiennent la discrimination, la domination masculine, la hiérarchisation des secteurs d’activité et la précarisation des femmes à faible revenu.

 

Pour cela, nous favoriserons une démarche pluridisciplinaire, partant des dernières données statistiques officielles disponibles, puis chercherons à les nuancer et les étayer à partir de précisions sociologiques tirées du terrain, ainsi que de constats politiques et de témoignages d’acteurs et d’observateurs avertis. Une fois le diagnostic établi, nous en déduirons quelques orientations et recommandations clés qui abordent le problème dans sa globalité et interpellent les différents maillons de la chaîne (l’Etat, l’administration, les partis, le privé, la société civile et les structures de veille).

 

Les manifestations du recul  de l’egalite économique

Si le taux de participation économique des femmes qui est de 25% est déjà assez alarmant, il est nécessaire de le décomposer, selon plusieurs critères sociodémographiques, pour mieux éclairer les zones d’ombre qu’il masque à peine.

 

Le rural, une logique à part

Alors qu’elles représentent, officiellement, à peine 18% de la population féminine en âge d’activité dans le milieu urbain (l’un des pourcentages les plus bas dans le monde), les femmes participent économiquement à hauteur de 36% dans le rural. Il est d’ailleurs important de noter que six femmes sur dix recensées en activité au niveau national sont dans le secteur agricole. Or, seules 10,6% de ces femmes sont exploitantes agricoles, donc susceptibles d’avoir une certaine autonomie. Si le but est d’appréhender à quel point l’accès à l’emploi est émancipateur et non aliénant, pour les femmes au Maroc, il est clair que des chiffres aussi globaux peuvent être trompeurs. Regardons de plus près ce que ces taux clivés referment comme logiques distinctes.

 

Dans le rural, 74% (presque les trois quarts) ont accès au marché de travail à moins de 15 ans. Elles ont travaillé à un âge précoce qui les a privées de leur scolarité. Trois quarts des femmes actives en milieu rural sont d’ailleurs analphabètes. Ce type d’activité  «forcée», car très fortement concentrée dans les activités agricoles (94%), est effectué dans 87% des cas sans aucun contrat et pour trois femmes sur quatre sans aucune rémunération. L’activité des femmes dans ce contexte ne peut pas traduire une forme d’émancipation.  C’est au contraire un facteur qui participe à les maintenir dans une situation de vulnérabilité et de faiblesse vis-à-vis de leurs parents et puis dans leurs rapports avec leurs époux.

 

 

Contrairement au milieu rural, où les femmes sont appelées très tôt à travailler, où l’enjeu majeur est le développement de la scolarisation des filles et la lutte contre la précarité, en ville, seules 5% des femmes ont des emplois non rémunérés. Par ailleurs, 63% des femmes urbaines ne commencent à exercer une activité professionnelle qu’après l’âge de 20ans. En gros, statistiquement, les femmes employées en ville sont essentiellement alphabétisées. Elles occupent des emplois rémunérés, principalement dans les activités de services et plutôt dans le secteur privé. Concentrons-nous, donc, sur cette réalité urbaine plus complexe que les chiffres officiels pris au niveau national peinent à décrire de manière fiable.

 

Lire la suite sur : http://www.economia.ma/fr/numero-15/pp/egalite-economique-entre-hommes-et-femmes

 

For married mothers, breadsharing is much more common than breadwinning

For married mothers, breadsharing is much more common than breadwinning

The other day when the Pew report on mothers who are breadwinners came out, I complained about calling wives “breadwinners” if they earn $1 more than their husbands:

A wife who earns $1 more than her husband for one year is not the “breadwinner” of the family. That’s not what made “traditional” men the breadwinners of their families — that image is of a long-term pattern in which the husband/father earns all or almost all of the money, which implies a more entrenched economic domination.

To elaborate a little, there are two issues here. One is empirical: today’s female breadwinners are much less economically dominant than the classical male breadwinner – and even than the contemporary male breadwinner, as I will show. And second, conceptually breadwinner not a majority-share concept determined by a fixed percentage of income, but an ideologically specific construction of family provision.

Let’s go back to the Pew data setup: heterogamously married couples with children under age 18 in the year 2011 (from Census data provided by IPUMS). In 23% of those couples the wife’s personal income is greater than her husband’s — that’s the big news, since it’s an increase from 4% half a century ago. This, to the Pew authors and media everywhere, makes her the “primary breadwinner,” or, in shortened form (as in their title), “breadwinner moms.” (That’s completely reasonable with single mothers, by the way; I’m just working on the married-couple side of the issue — just a short chasm away.)

The 50%+1 standard conceals that these male “breadwinners” are winning a greater share of the bread than are their female counterparts. Specifically, the average father-earning-more-than-his-wife earns 81% of the couple’s income; the average mother-earning-more-than-her-husband earns 69% of the couple’s income. Here is the distribution in more detail:

breadwinner-distributions

This shows that by far the most common situation for a female “breadwinner” is to be earning between 50% and 60% of the couple’s income — the case for 38% of such women. For the father “breadwinners,” though, the most common situation — for 28% of them — is to be earning all of the income, a situation that is three-times more common than the reverse.

Collapsing data into categories is essential for understanding the world. But putting these two groups into the same category and speaking as if they are equal is misleading.

This is especially problematic, I think, because of the historical connotation of the term breadwinner. The term dates back to 1821, says the Oxford English Dictionary. That’s from the heyday of America’s separate spheres ideology, which elevated to reverential status the woman-home/man-work ideal. Breadwinners in that Industrial Revolution era were not defined by earning 1% more than their wives. They earned all of the money, ideally (meaning, if their earnings were sufficient), but just as importantly they were the only one permanently working for pay outside the home. (JSTOR has references going back to the 1860s which confirm this usage.)

Modifying “breadwinner” with “primary” is better than not, but that subtlety has been completely lost in the media coverage. Consider these headlines from a Google news search just now:

Further down there are some references to “primary breadwinners,” but that’s rare.

Maybe we should call those 100%ers breadwinners, and call the ones closer to 50% breadsharers.

Philip N. Cohen

Welcome to FamilyInequality.com. I’m a sociologist at the University of Maryland, College Park.

From: http://familyinequality.wordpress.com/2013/06/03/breadsharer-breadwinner/