Travail familial non-rémunéré et PIB, un projet dans le vent ?

Concernée par une réelle émancipation, c’est à dire par la possibilité réelle d’autodétermination et de choix de vie,  de chaque femme, Monique Geens-Wittemans qui, au fil de rencontres nationales et internationales dans le cadre de son engagement dans le mouvement pour la reconnaissance du travail familial non-rémunéré, a développé un réel intérêt pour le suivi donné à la revendication lancée au début des années 70, visant à introduire le travail familial non rémunéré dans le calcul du PIB, nous a livré ses réflexions sous la forme d’une lettre adressée aux dirigeants européens et belges, en préparation de la future présidence belge. Nous sommes heureux d’en présenter la substance à nos lecteurs.

 Qui voudrait lire le texte intégral de l’auteur le trouvera sur notre site web – http://www.forum-européen-des-femmes.eu – en français et néerlandais – langue de l’auteur – dans la section « écho». Ne manquez pas de nous communiquer vos réflexions sur ces propositions, nous les transmettrons à l’auteur.

 « L’air que nous respirons et le travail familial – particulièrement le travail de soin et d’attention (« Care ») – ont en commun qu’ils sont tous deux aussi essentiels qu’invisibles ». Cette phrase de Monique Geens-Wittemans met en exergue un projet qui est dans l’air depuis bien des années : l’introduction du travail familial non-rémunéré dans les comptes satellites du PIB, réclamée – entre autres – par les Conférences Mondiales des Femmes de Nairobi (1985) et Pékin (1995) ainsi que, plus récemment, par le rapport de la Commission Stiglitz, remis le 14 septembre 2009 par ses auteurs  Joseph Stiglitz, président de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, et Amartya Sen, son conseiller, tous deux Prix Nobel d’Economie.

Le Produit Intérieur Brut, ou PIB, est un indicateur économique qui mesure le niveau de production d’un pays: production marchande (biens matériels) ou non-marchande (services). Sont exclus du PIB  les biens et services produits et consommés au sein même des ménages, ainsi que les activités domestiques, telles que l’éducation des enfants, la prise en charge d’un parent malade, … exécutées au foyer encore majoritairement assumées par les femmes.

Cependant la famille   est un acteur de la vie économique d’un pays, et, comme le rappelle Monique Geens-Wittemans, « le premier amortisseur en cas de crise». Or le stress causé par une situation de crise «peut détruire la cohésion familiale et mener à la désintégration sociale». Il convient donc d’instaurer des mesures de soutien à la famille. La mesure et l’évaluation du travail familial procurerait un instrument objectif à cet effet. Le travail familial non-rémunéré devrait donc être compris dans les comptes satellites du PIB.

  • Selon la définition de l’INSEE, Institut National (français) de la Statistique et des Etudes Economique, «un compte satellite est un cadre de présentation des données de l’économie d’un domaine particulier en relation avec l’analyse économique globale du cadre central de la comptabilité nationale. L’éducation, la santé, la protection sociale, l’environnement en sont des exemples.»

Des idées de mesures ont déjà été proposées à ce sujet par la Commission Stiglitz, du nom de son fondateur Joseph Stiglitz, créée le 8 janvier 2008 sur l’initiative de Nicolas Sarkozy afin de développer une «réflexion sur les moyens d’échapper à une approche trop quantitative, trop comptable de la mesure de nos performances collectives», d’élaborer de nouveaux indicateurs de richesse, et d’«élargir la mesure des revenus aux activités non-marchandes». Le Figaro, qui a eu l’occasion de détenir le rapport Stiglitz, écrit que cette commission travaille sur trois principaux sujets: «remettre les individus au centre de toute analyse», «mieux valoriser le montant des transferts en nature de l’État vers les ménages» et « la question du développement durable».

La Commission européenne reprend cette idée dans la communication « Le PIB et au-delà – Mesurer le progrès d’un monde en mutation », Bruxelles, 20 août 2008, COM(2009) 433 final, cf.

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2009:0433:FIN:FR:DOC

Le document recommande l’extension des comptes nationaux aux thématiques tant sociales qu’environnementales. Cependant l’élaboration des indicateurs relatifs à l’environnement sera entamée dès 2010, alors que celle de comptes supplémentaires relatifs aux aspects sociaux est remise à plus long terme. Or, remarque Monique Geens-Wittemans, selon l’Eurobaromètre de novembre 2009, disponible en ligne sur: http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/09/1858&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=fr, pour 69% des Européens la pauvreté est la première préoccupation,   les problèmes environnementaux venant en second lieu (63%); de précédentes études Eurobaromètre rapportent que la famille tient lieu de première valeur et priorité, avant l’emploi. Pour notre auteur, «l’introduction du travail familial non-rémunéré dans des comptes satellites du PIB […] démontrera à de nombreux eurosceptiques que l’UE n’est pas uniquement une froide construction économique où l’être humain n’est perçu que comme une unité numérique dans un système purement mathématique», ce qui contribuerait à donner de l’Union européenne une image plus humaine et sociale, en cette année 2010 déclarée année européenne de combat contre la pauvreté et l’exclusion.

Dans l’optique de Monique Geens-Wittemans, la révision de la stratégie de Lisbonne et la modernisation des systèmes nationaux de sécurité sociale au sein de l’UE, qui doivent se réaliser, forment deux raisons de procéder à introduire le travail familial non rémunéré dans les comptes satellites du PIB.  En effet tout individu, dès sa naissance, a droit au respect de ses besoins d’attention et de soins personnels,  et  «pourvoir à ces besoins est tout aussi essentiel à la survie de la communauté que l’est la production de produits d’alimentation, la défense du territoire et l’élaboration d’une politique pourvoyant aux besoins de la communauté».

Ces besoins et soins sont la plupart du temps assurés par les mères ou les femmes qui «organisent, interrompent ou cessent leur participation au marché du travail en fonction du besoin de soin au sein de la famille».   Cette prise en charge ne peut donner lieu à la fragilisation de ces personnes comme c’est le cas actuellement.  «Voilà pourquoi il est nécessaire, lors de la révision de la stratégie de Lisbonne, et plus particulièrement de la réorganisation du marché de l’emploi en fonction du cycle de vie par le moyen d’un système de sécurité sociale moderne (voir A, Ligne Directrice 18 de la stratégie actuelle), de prendre en considération l’entièreté de la population en âge d’exercer une activité professionnelle et non les seuls travailleurs, ainsi que d’élargir la notion de participation au travail en reconnaissant le travail familial non-rémunéré comme participation sociale et en y attachant des droits sociaux appropriés, indépendamment de tout statut d’emploi. Ainsi sont à la fois conjugués les besoins des familles et le besoin d’un degré d’autonomie financière des parents au sein du couple; ainsi chaque parent a-t-il la possibilité réelle de se développer tout au long de sa vie, à son propre rythme et selon ses propres priorités. Il convient d’attacher ici une attention toute particulière non seulement aux familles confrontées à la pauvreté mais aussi de prendre des mesures préventives adéquates…».   L’introduction du travail familial non-rémunéré permettra ainsi un meilleur calcul des allocations en fonction du nombre de personnes dans la famille ainsi que selon la dépendance de chacun.

Marie-Bernard Lejeune

From: http://www.forum-europeen-des-femmes.eu/travail-familial-non-remunere-et-pib-un-projet-dans-le-vent-809

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: