Les femmes repoussées au foyer après la fin d’un CDD

Publié le 30-08-2013

En 1991, 59% des femmes avançaient des “raisons personnelles” pour rester au foyer. La raison majoritaire est devenue la fin d’un CDD.

 

Une femme coupe des tomates chez elle - illustration (SUPERSTOCK/SIPA).

Une femme coupe des tomates chez elle – illustration (SUPERSTOCK/SIPA).

Le premier motif invoqué par les femmes ayant cessé de travailler pour rester à la maison est la fin d’un contrat précaire alors qu’il y a 20 ans les raisons personnelles primaient, selon une étude de l’Insee publiée vendredi 30 août.

L’Institut national de la statistique et des études économiques estime à 2,1 millions le nombre de femmes au foyer en 2011, contre 3,5 millions en 1991. Soit une femme en couple sur cinq au lieu d’une sur trois vingt ans plus tôt.

Une femme au foyer est, selon la définition de l’Insee, une femme de 20 à 59 ans, non étudiante, vivant en couple et inactive. Les femmes vivant seules sont exclues du champ.

En 2011, les femmes au foyer sont plus diplômées qu’il y a vingt ans mais toujours moins que les mères en activité, constate l’étude, qui exploite les enquêtes Emploi menées chaque trimestre auprès d’un échantillon de 100.000 personnes.

En cause, la fin d’un CDD

Elles ont huit fois sur dix (79%) déjà travaillé dans le passé, une proportion proche de celle de 1991 (76%). En revanche, “Les motifs de cessation d’activité ont sensiblement évolué”, souligne l’Institut.

En 1991, 59% des femmes avançaient des “raisons personnelles”. Elles ne sont plus que 21% en 2011 et “la raison majoritaire est devenue la fin d’un CDD”.

Ce motif de fin de contrat à durée déterminée est invoqué par 35% des femmes, contre 10% en 1991. 11% des femmes expliquent aussi leur retrait de la vie active par un licenciement économique (contre 4% en 1991).

Le passage par le chômage, la conjoncture économique “moins favorable” fait que “certaines femmes peuvent se décourager: ne recherchant plus véritablement d’emploi, elles deviennent alors inactives”, souligne l’Insee.

Mais c’est un “ressenti” et “il est parfois difficile de démêler l’effet de la situation sur le marché du travail des choix personnels”, explique une enquêtrice à l’AFP.

Les interruptions vont “souvent” de pair avec l’arrivée d’un enfant mais 43% des femmes au foyer en 2011 n’avaient pas (ou plus) d’enfants mineurs encore à la maison, relève encore l’Insee.

30% des femmes à temps partiel

Une deuxième étude publiée vendredi par l’Insee compare les taux d’emploi des hommes et des femmes.

Entre 2003 et 2011, cet écart se resserre mais il reste important. Ainsi, en 2011, 67% des femmes étaient en emploi contre 76% des hommes. La proportion de femmes augmente d’un point sur la période tandis que celle des hommes diminue de 3.

L’écart grimpe de 9 à 15 points si l’on tient compte du temps travaillé. Recalculé en équivalent temps plein, le taux d’emploi était alors en 2011 de 59% pour les femmes contre 74% pour les hommes.

Ce taux, explique l’Insee, donne une vision plus complète de la situation du marché du travail où 30% des femmes sont à temps partiel, contre 6% des hommes seulement.

En équivalent temps plein, le taux d’emploi des femmes au foyer de moins de 30 ans et sans diplôme tombe à 29%.

From: http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130830.OBS4958/les-femmes-repoussees-au-foyer-apres-la-fin-d-un-cdd-selon-une-etude.html#xtor=EPR-1-%5BActu8h%5D-20130830

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: